Les truites à mains nues (Charles Bolduc)

J’avais beaucoup aimé le premier recueil de nouvelles Charles Bolduc, Les perruches sont cuites, que je me souviens avoir acheté à la Librairie Pantoute en revenant d’un cours, le soir, juste avant la fermeture, & lu d’une traite en arrivant chez moi. Le livre léger entre les mains, les nouvelles très courtes, les phrases travaillées, une sensibilité particulière qui côtoyait quelque chose de plus mordant, de provocateur – plein de choses qui m’avait charmée.

Avec Les truites à mains nues, l’auteur revient avec un recueil qui reprend un peu le même format que le précédent : des nouvelles très courtes, narrées par quelqu’un qu’on associe à l’auteur. Des nouvelles qui racontent le quotidien, certains incidents ; des nouvelles qui sont de longues réflexions, d’autres qui jouent avec l’absurde. La plupart ont aussi des titres assez merveilleusement évocateurs : Comme des chansons dans une langue inconnue, Toutes les chaumières contenues dans la chaleur du pain frais, Des espèces sous-marines formidablement méconnues. & moi s’il y a une chose que j’aime, ce sont les bons titres, les titres qui cachent & révèlent à la fois, qui donnent envie de savoir à quoi ils se rattachent – les titres qu’on garde en tête durant la lecture, à l’affût de l’indice qui les expliquera. Sérieusement, est-ce qu’il y a quelque chose de plus décevant qu’un mauvais titre, surtout dans un recueil de nouvelles? Alors merci pour ça, Charles.

Sinon, mon expérience de lecture a été assez inégale. Il y a, premièrement, des nouvelles qui m’ont laissé quelque chose d’incroyable dans le cœur. Surtout les nouvelles du quotidien, celles qui réussissent à circonscrire, avec une délicatesse un peu éraillée, les choses qui prennent de l’importance sans trop qu’on s’en rende compte. Mais à côté il y a les nouvelles de l’absurde, qu’en général j’ai trouvé correctes, & les nouvelles plus, quoi? philosophiques? que, bon. Pas ce que j’ai préféré. (Ma typologie est très vague & pas particulièrement exhaustive, mais on va faire avec.) & je crois pas que ça soit un reflet du talent de l’auteur, mais seulement de ce que moi, comme lectrice, j’aime le mieux lire. J’ai jamais été très bonne avec les abstractions, je décroche très facilement quand on quitte le plancher des vaches ; c’est vraiment pas une chose dont je m’enorgueillis, mais ça colore forcément mon appréciation de certaines nouvelles de ce recueil. Peut-être que d’autres s’en sortiront mieux que moi de ce côté-là.

Il reste que Charles Bolduc a une voix particulière, bien à lui, qui s’affirme au fil des pages. Il y a quelque chose de très recherché dans sa plume, des images fortes & surprenantes que l’auteur déroule au rythme de phrases qui relèvent un peu de l’orfèvrerie, composées comme elles le sont de tant de petites pièces brillantes qui s’emboîtent les unes dans les autres – même s’il y a parfois comme une surenchère dans la mécanique qui m’a un peu lassée. J’ai donc un avis très partagé par rapport à ce recueil, qui pour moi a été traversé de passages un peu ennuyants, mais aussi illuminé par de très bonnes & belles nouvelles, qui ont quelque chose de rauque & d’éraflé, de moqueur mais de doux. À lire pour vous en faire vous-mêmes une idée, je pense.

Publicités

4 commentaires

  1. Moi aussi, j’ai seulement accroché sur certaines nouvelles… Peut-être devrais-je lire le 1er recueil, pour me réconcilier entièrement avec l’auteur?

    1. J’ai un très bon souvenir du premier recueil — en fait, j’ai l’impression que les nouvelles que j’ai le plus aimées dans celui-ci sont aussi celles qui me rappelaient le plus ‘Les perruches sont cuites’.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s